Quel rôle pour la Région ?

Quel rôle pour la Région ?

La loi NOTRe a permis de structurer la politique touristique autour de trois niveaux de collectivités : EPCI, Départements et Régions. Dans ce contexte, le rôle de la Région, au-delà d’une implication partenariale pour la structuration de l’offre, devrait consacrer son action à faire ce que nous n’avons pas les moyens de faire à un niveau plus local, à savoir la communication et le marketing du territoire.

Un territoire comme le Lot-et-Garonne est toujours à l’écart des grandes destinations et donc n’est pas toujours identifié comme un terroir attractif. Pourtant, nous voyons de plus en plus de touristes affluer dans nos villages, en particulier des touristes étrangers. Notre territoire n’est pourtant pas identifiable au niveau national comme au niveau international. Aucune communication structurée ne vient accompagner ce développement touristique, certes moins volumineux que d’autres territoires de la Région, mais qui progresse et devient une composante déterminante de l’économie locale.

Nous avons besoin de la Région pour faire connaître ces territoires ruraux. Nous avons besoin d’une véritable stratégie de communication à l’échelle régionale, nous avons besoin d’une structuration marketing du territoire régional, qui mette en avant les particularités et les atouts de chaque territoire en fonction du profil de touristes. Un territoire rural n’a pas les atouts de la côte atlantique ou de Bordeaux, mais il attire une clientèle à la recherche de calme, d’authenticité, de patrimoine, de nature. Un plan marketing régional devrait avoir pour fonction de mettre en avant ces particularités pour permettre au touriste de choisir son territoire de villégiature en fonction de ses aspirations, ce que permet la grande diversité des destinations dans notre région.

Par ailleurs, et il s’agit d’un sujet très différent mais tout aussi important, nous avons un véritable problème d’internet mobile sur nos territoires ruraux. Le débat se focale généralement sur l’internet fixe, mais il faut rappeler que l’utilisation du web est aujourd’hui essentiellement mobile. Or dans la grande majorité des cas, nos territoires ne sont pas couvert, ce qui constitue un désavantage déterminant puisque les touristes ne peuvent utiliser les applications de voyages telles Tripadvisor, AirBnB, etc. Nous avons besoin d’un vrai plan d’action sur ce point, qui ne se limite pas simplement au déploiement du très haut débit.

Pour finir, je me permets de faire un point sur la philosophie de l’action publique sur le thème qui nous occupe. Car j’ai le sentiment que l’on veut structurer à l’international des filières et des destinations qui sont déjà largement prisées par la clientèle française et étrangère – et atteignent même pour certaines la saturation – alors que l’on devrait sans doute aider les territoires qui justement ont un potentiel touristique mais n’ont pas les moyens de communiquer, d’améliorer leur notoriété et de développer leurs infrastructures.

 

Toutes les contributions comptent ! Choisissez une thématique et faites-nous part de vos idées !