Développer le tourisme à vélo en Nouvelle-Aquitaine

Développer le tourisme à vélo en Nouvelle-Aquitaine

La région Nouvelle-Aquitaine concentre à elle seule 4000 km de schéma régional dont 3300 sont inscrits au schéma national des véloroutes et voies vertes (SN3V), dont 1500 km inscrits à EuroVelo … C’est la plus grande région cyclable de France ! Les enjeux de mobilité décarbonée en saison sur le littoral sont énormes et les enjeux de desserte, et d’égalité des territoires sur le tourisme rétro-littoral le sont tout autant. Les enjeux de tourisme itinérant en NAQUI sont immenses. Les perspectives ? Elles sont réjouissantes pour la Région qui doit pouvoir devenir à la fois une destination régionale de premier rang, et par ailleurs doit pouvoir accompagner la notoriété de ses multiples destinations/marques touristiques « infra » régionales. Au niveau des destinations (Périgord, Atlantique, bordelais, …) mais aussi en termes d’itinéraires cyclables par exemples, pour ne citer qu’eux (EuroVelo 1 – Vélodyssée ; EuroVelo 3 – Scandibérique ; Canal des Deux Mers à vélo…).

Le tourisme à vélo est une filière en pleine expansion à l’échelle nationale : le Baromètre du tourisme à vélo 2017 estime à 8,3 millions le nombre de séjours au cours desquels les français ont pratiqué le vélo ou le VTT en 2016 en France, sans compter les clientèles étrangères intéressées. La région Nouvelle-Aquitaine peut au-vu de la densité de son réseau cyclable profiter de ce dynamisme, touchant une pratique de mobilité dans l’ère du temps, et devenir une destination de référence sur le tourisme à vélo. Pour atteindre cet objectif, l’achèvement des itinéraires du SN3V traversant la Région sera un facteur-clé de succès. L’inscription de ce schéma vélo au SRDTL mais aussi au SRADDET, autre schéma structurant essentiel pour le développement des infrastructures cyclables, sera déterminante pour se positionner à moyen et long terme comme une Région leader sur la mobilité à vélo, utilitaire ou touristique. La Région a un rôle de coordination, de priorisation et d’animation à jouer pour la réalisation des itinéraires régionaux. Elle peut apporter aux collectivités infrarégionales des aides financières pour l’aménagement des itinéraires et leur valorisation touristique (conditionnées à la réalisation d’itinéraires inscrits aux schémas vélo structurants à savoir le schéma EuroVelo et le SN3V).

Son adhésion au réseau des Départements & Régions Cyclables, plateforme d’échanges et de mise en relation des collectivités territoriales engagées sur le vélo, lui permettrait d’aller encore plus loin dans les ambitions affichées pour sa politique cyclable. Deux outils dont le réseau assure la gestion offriraient une plus grande visibilité à ses actions en la matière. Le premier, l’Observatoire National des Véloroutes et Voies Vertes, permet de visualiser et de mesurer l’avancement du réseau cyclable national. Le second, la Plateforme Nationale des Fréquentations, agrège les données des compteurs vélo des collectivités pour une quantification des fréquentations sur les itinéraires.

 

Toutes les contributions comptent ! Choisissez une thématique et faites-nous part de vos idées !